21
janvier
2014

Yves Saint Laurent publié par Jade de Varens

De retour à Paris pour quelques jours, je ne pouvais pas passer à côté du tant attendu film de Jalil Lespert, Yves Saint-Laurent.

Dimanche après-midi, Je me suis donc rendue au cinéma accompagné de deux amis ainsi que de mon fiancé afin de me faire une idée sur ce film aux critiques si élogieuses.

Je connaissais Yves Saint-Laurent comme celui qui a modernisé le dressing de la femme en créant le premier tailleur-pantalon, la Saharienne ou bien encore la robe Mondrian. Pas forcément le Yves Saint-Laurent maniaco-dépressif que l’on voit tout au long du film. Et j’aurais certainement pu m’en passer.

Il est évident que pour avoir un tel talent, l’être humain doit posséder en lui un grain de folie. Mais sommes nous obligé pour autant de connaître toute l’intimité du personnage ? Ne peut-on pas s’arrêter simplement à ses créations qui ont su honorer la femme, la rendre belle et féminine ? Un talent qui se fait d’ailleurs de plus en plus rare.

En revanche, je dois bien reconnaître que le casting était parfait. Pierre Bergé à d’ailleurs reconnu le talent de Pierre Niney pour interpréter le rôle de son ex-compagnon, bien que mon coup de cœur se soit porté sur la belle Charlotte le Bon, parfaite pour interpréter Victoire Doutreleau, la muse d’YSL. Au delà de l’interprétation, j’ai bien évidemment eu des étoiles pleins les yeux à chaque fois qu’une robe apparaissait à l’écran.

Alors certes, j’ai beau être bon public lorsqu’il s’agit de mettre mon nez dans la vie personnelle du showbiz mais je ne pense pas que le fait d’apprendre que Monsieur Saint Laurent ait été accro au sexe et la cocaïne me fasse vraiment rêver. J’aurais préféré que le film tourne d’avantage autour de ses créations ainsi que de sa façon de faire…que du reste.
Pierre Bergé a tout de même avoué qu’il y avait un grand nombres de choses inexactes dans le film, alors, quitte à romancer l’histoire d’YSL, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout afin que le spectateur ne reste pas sur sa fin? Une fin d’ailleurs très mauvaise à mon goût.

A la sortie du film, nous sommes resté dix bonnes minutes à discuter sur ce que nous venions de voir. Les hommes ont trouvé cela « intéressant » étant donné qu’ils ne connaissaient pas la vie du créateur. Pour nous les filles, c’était « Plat, sans vraiment d’intérêt ».
Mais la vraie question est de savoir si Yves Saint-Laurent lui-même aurait apprécié de voir ce film voir le jour ? Je n’en suis pas absolument sûre.

PARTAGER ?

Partager sur facebook Partager sur twitter

COMMENTER ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire